Options pour malvoyant
Mon compte
Réessayer

Les migrations vues à travers les collections de la BHdV

Collections

Bibliothèque de l'Hôtel de Ville

Date : 05/07/2017

image

Arrivées massives de réfugiés politiques ou climatiques, concurrence des « travailleurs détachés », expulsions de personnes en situation irrégulière, remise en question du droit d’asile… Depuis plusieurs années, le fait migratoire est au centre de l’actualité nationale et internationale. Situées au carrefour du droit, de l’histoire, de la sociologie et de la philosophie politique, les collections de la BHdV donnent tous les outils pour comprendre ces phénomènes, comme le montre la vitrine présentée en ce mois de juin et jusqu’à la mi-juillet.

 

Les collections patrimoniales issues des fonds étrangers de la bibliothèque permettent notamment de resituer ces faits d’actualité dans le temps long de l’Histoire, mettant en lumière une période peu connue : celle où c’étaient plutôt les Européens qui migraient dans le reste du monde. Dans le cas des Etats-Unis d’Amérique, le phénomène est illustré par un rapport officiel datant de 1898, issu du fonds américain de la BHdV, dont un graphique montre la diversité d’origine des migrants venus s’établir aux USA au cours des vingt années précédentes.

 

Le rapport de 1903 du Commissaire général à l’Immigration pour le Department of commerce and labor en donne une image plus concrète, et plus émouvante : il comporte une série de photographies prises à Ellis Island Station, suggérant le « melting-pot » et la possibilité d’une vie meilleure offerte par le Nouveau Monde. De la même manière, les rapports officiels sur l’immigration publiés à Ottawa, Toronto ou au Québec, et sur une période s’étalant des années 1850 à 1890, rappellent que le Canada a toujours été une terre de forte immigration, mouvement amplifié à la fin du XIXe siècle par l’expansion du pays vers l’Ouest.

 

Enfin, une note plus souriante est apportée par une brochure d'informations générales destinée aux candidats à l'immigration à Hawaii, après l'annexion par les États-Unis en 1898 : les illustrations regorgent d’images de soleil, de plages, etc.

 

 

Plus inattendu, un rapport officiel issu du fonds sud-africain de la BHdV, et datant de 1903-1904, reproduit le formulaire qui devait être rempli pour chaque immigrant souhaitant s’installer dans la colonie du Cap de Bonne-Espérance. Illustration précoce du contrôle social appliqué sur les populations migrantes, y figurent notamment deux cadres dans lesquels l’immigrant devait apposer l’empreinte de ses pouces. Un graphique joint à un rapport statistique de 1938 édité par ce qui était alors l’Union sud-africaine rappelle aussi des faits méconnus : à la fin des années 1920, alors que les populations d’origine britannique étaient aussi nombreuses à s’installer dans le pays qu’à le quitter, bon nombre d’immigrants fraîchement installés provenaient des pays baltes – une situation due probablement à la guerre polono-lituanienne, suivie de l’incorporation de Vilnius à la Pologne en 1922.

 

Si l’on se porte plus tard dans le temps, la revue Hommes et Migrations, ici exposée dans ses variantes tout au long des années 1970 à 2010, atteste de l’importance qu’a pris progressivement le fait migratoire dans le champ des savoirs. Sa trajectoire est en effet caractéristique, de l’associatif au politique en passant par l’universitaire. Fondée en 1950 sous le nom de Cahiers nord-africains, elle est à l’origine éditée par l’association AMANA, pionnière dans le domaine de l'alphabétisation et de la formation des travailleurs migrants. Par la suite, elle élargit la focale aux phénomènes migratoires en général, et accueille les contributions de chercheurs de toutes disciplines. Enfin, elle est éditée depuis 2006 par la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, aujourd’hui renommé « Musée de l’histoire de l’immigration ». La voici donc devenue depuis une dizaine d’années une plateforme d’information et de débat sur les réalités sociales et les politiques publiques de l’immigration.

 

 

La vitrine se complète enfin d’un ensemble d’acquisitions récentes qui achèvent de montrer le caractère pluridisciplinaire des collections de la BHdV : réflexions de démographes sur « l’âge des migrations », de philosophes sur la question de l’hospitalité, de sociologues sur les relations entre travailleurs nationaux et immigrés dans les syndicats, mais aussi catalogue d’exposition sur les frontières, atlas sur les flux migratoires, ou encore enquêtes sur les trajectoires sociales et professionnelles des personnes d’origine étrangère en France.

 

 


Se rendre à la BHdV >>