Options pour malvoyant
Mon compte
Réessayer
Recherche

Tarantino : de Reservoir dogs à Inglorious basterds : le bad boy d'Hollywood de A à Z

Livre
Titre(s)
Tarantino : de Reservoir dogs à Inglorious basterds : le bad boy d'Hollywood de A à Z / [directeur de la rédaction Christian Fevret ; rédacteur en chef Serge Kaganski; ; rédacteurs Patrice Blouin, Samuel Blumenfeld, Stéphane Deschamps... et al.]
Description
1 vol. (98 p.) : ill. en coul. ; 30 cm
Note(s) générale(s)
Notice rédigée d'après la couv.
Note(s) spécifique(s)
Numéro de : "Les Inrockuptibles", Les Inrocks2, 2009, n°30
Annexes
Bibliogr.-filmogr.-discogr.-webogr., 1 p.
ISSN
1762-5564
Classification Dewey
Où le trouver ?
Aucun résumé n'est disponible.
Résumé
Depuis qu’il a surgi dans un grand bang sur les écrans du monde il y a dix-sept ans,le cinéma de Quentin Tarantino a rassemblé ses fans acharnés comme ses détracteurs pincés. En véritable bad boy du cinéma américain,en glorieux basterd d’Hollywood, Tarantino a le don de ravir ou de choquer, avec toutes ses références de série B ou Z, ses citations de junk culture, ses litres de fausse hémoglobine, son culot inouï et son absence totale de complexes. Signe du dissensus emblématique et jamais démenti généré par ce sale gosse de la caméra,une éminente sociologue du CNRS, Madame Jacqueline Costa-Lascoux, commentant récemment l’affaire Fofana (Le Monde du 12/13 juillet 2009), parlait “d’images d’une extrême violence, comme inspirées d’un film de Tarantino”.Qu’une intellectuelle érudite et intelligente prête de tels pouvoirs de nuisance à de simples films est à la fois très surprenant et une forme d’hommage en creux à la puissance esthétique et symbolique du cinéaste, référent positif et négatif de notre époque. Pourtant, au-delà de son goût pour la culture populaire et le “tout est permis” au cinéma, l’auteur de Jackie Brown est aussi un homme d’une culture au-dessus de la moyenne, passionné par son objet, ouvert sur le monde entier, comme en témoignent ses influences internationales, son amour des langues et des acteurs étrangers, ses incessants voyages à travers le monde. Son pays est vraiment le cinéma, et malgré leur violence ou leur noirceur, les films de Tarantino sont avant tout des témoignages d’amour fou pour le 7e art.Tarantino étant par-dessus tout un maître de la parole, nous lui avonslargement ouvert le micro dans ce hors-série, de notre première rencontreen 1994 jusqu’à la dernière en date pour Inglourious Basterds. Grâce à notre correspondant très spécial à Hollywood, Philippe Garnier, nous avons aussi eu l’opportunité de portraiturer le phénomène dans son jus, dès ses tout débuts en 1992. Le cinéma de Tarantino fonctionnant volontiers par séquences, chapitres et fragments, nous avons eu l’idée d’un abécédaire à la fois sérieux et ludique, qui traverserait tout son univers. Enfin, nous avons invité une belle brochette de cinéastes, écrivains et artistes à nous confier leurs enthousiasmes ou réserves tarantiniennes. De Jacques Audiard à Virginie Despentes, de Riad Sattouf à Claude Lanzmann, de Pedro Almodóvar à Philippe Djian, un mot revient souvent : le plaisir. Il est patent que Quentin Tarantino est un cinglé de cinoche, qu’il jouit de faire des films et qu’il a le talent de rendre sa jouissance très contagieuse. Nous aussi avons pris un pied géant à concocter ce hors-série, espérant offrir au lecteur l’occasion de prolonger son goût pour le cinéma le plus électrique et désirable du moment. Serge Kaganski. (source : éditeur)
Aucune critique n'est disponible.
Aucun lien n'est disponible.
Aucun extrait n'est disponible.
Contenu
La cause du pulp Quentin Tarantino, un Monsieur Cinéma pop. Bastard mix A propos de son nouveau film Inglorious Basterds. Le zinzin d'Hollywood Le cinéaste en jeune chien à la sortie du choc Reservoir Dogs. Pulp friction Une Palme d'or pour Pulp Fiction. Do the black thing Avant-première de Jackie Brown à L.A. : de la polémique et de la sensualité. Le swing et le verbe Jackie Brown, un film romanesque en prise avec la réalité américaine. Des lames, des larmes et du sang Kill Bill, un film de vengeance au féminin raconté par Tarantino. Mr T de A à Z Abécédaire tarantinien, de A cmme "Avery" à Z com "Zed". La séquence du spectateur Des films essentiels au crible du cinéphage Tarantino. Un grand 8 cinématographique. Juke-box baby Quand Tarantino se fait son film, la musique n'est jamais loin. Tarantino vu par...Cinéastes, écrivains, dessinateurs : tous spectateurs de Tarantino !. Tout Tarantino ! Films, livres, projets....à la loupe des critiques.

Suggestions