Options pour malvoyant
Mon compte
Réessayer
Recherche
Titre(s)
Tim Burton : des mondes & des monstres / [directeur de la rédaction Bernard Zekri ; rédactrice en chef Christophe Conte ; rédacteurs Antoine de Baecque,JD Beauvallet, Romain Blondeau... et al.]
Description
1 vol. (98 p.) : ill. en coul. ; 30 cm
Note(s) générale(s)
Notice rédigée d'après la couv.
Note(s) spécifique(s)
Numéro de : "Les Inrockuptibles", Hors série Les Inrocks, 2012, n°54
 
Publication parue à l'occasion de l'exposition "Tim Burton" à la Cinémathèque française du 7 mars au 5 août 2015 et la rétrospective du 7 mars au 13 avril 2015.
Annexes
Notes bibliogr. Bibliogr.-filmogr., 1 p.
ISSN
2263-4932
Classification Dewey
Où le trouver ?
Aucun résumé n'est disponible.
Résumé
A l’occasion de l’exposition monstre consacrée à Tim Burton à La Cinémathèque française à Paris, Les Inrocks reviennent sur la carrière d’un cinéaste populaire à travers une analyse de tous ses films, des interviews et des portraits, ainsi qu’une radiographie des grandes obsessions de son œuvre. Pourquoi avons-nous choisi de consacrer un hors-série au cinéaste américain Tim Burton ? D’abord pour des raisons affectives : de tous les cinéastes hollywoodiens en activité, Burton est celui dont les débuts coïncident avec les premiers pas de notre journal – cet original au look punk-gothique est notre contemporain. Depuis bientôt trente ans, nous n’avons cessé de le suivre, de l’analyser, de le critiquer vertement aussi quand il nous semblait qu’il se fourvoyait. Nous l’avons rencontré plusieurs fois, curieux de débusquer l’artiste et l’homme qui se dissimulaient derrière ce cinéma si bizarre, hanté par Edgar Allan Poe, les écrivains gothiques anglais, l’expressionnisme allemand, les films de Tod Browning ou ceux, à deux balles, d’Ed Wood ou de Roger Corman au sein de la Hammer Film Productions. Le monde fantasmatique (graphique et cinématographique) de Timothy Walter Burton – et c’est la deuxième raison de l’affection que nous lui portons et de l’existence de ce numéro – est à la fois profondément américain, issu des banlieues de Los Angeles, de la bande dessinée et de la contre-culture, et marqué par le romantisme européen. Nous nous y retrouvons aisément. Enfin, l’exposition, la rétrospective intégrale et la Carte blanche que lui consacre La Cinémathèque française à Paris à partir du 7 mars représentaient l’occasion rêvée de revenir sur l’oeuvre de ce cinéaste encore jeune (il n’a que 53 ans), dont certains disent déjà, sans doute un peu vite, qu’il aurait épuisé toutes ses ressources créatives. Il aurait tout dit de ce qu’il avait à dire. Qu’en est-il ? Quel regard rétrospectif pouvons-nous déjà poser sur son oeuvre ? C’était aussi notre but : revisiter et réévaluer, à la lumière d’aujourd’hui, une oeuvre plus complexe qu’elle ne le paraît peut-être à la première vision. Mais il existe aussi une quatrième raison à ce numéro spécial : Tim Burton est à lui seul un paradoxe. Comment un cinéma aussi original – mélange de phobie de la société américaine, de rejet du réel et de la réussite matérielle, si enclin en contrepartie à vanter les mérites des marginaux et les gaietés de l’irrationnel et des cimetières – a-t-il pu se développer au sein des studios hollywoodiens, peu connus pour leur goût pour le morbide et tout ce qui sort de la norme ? Comment un jeune homme aussi étrange, à l’univers si peu banal et de plus en plus noir, a-t-il pu conquérir tant de foules ? C’est au fond à cette question, parmi tant d’autres, que nous avons voulu tenter de répondre. (source : éditeur)
Aucune critique n'est disponible.
Aucun lien n'est disponible.
Aucun extrait n'est disponible.
Contenu
Cadavres exquis Le parcours de TIm Burton. Pee-Wee Big Adventure (1985). Beetlejuice (1988). Batman(1989). Edward aux mains d'argent (1990). Batman, le défi (1992). La question Batman Tim Burton vs Christopher Nolan. L'étrange Noël de Monsieur Jack (1993). Ed Wood (1994). "Les films d'Ed Wood ne trichent pas" Tim Burton raconte sa fascination pour Ed Wood. Mars attacks! (1996). L'empire des signes "Mars attacks!", un carnaval d'icônes américaines. Sleepy Hollow (1999). La planète des singes (2001). Big fish (2003). Charlie et la chocolatrie (2005). Sweeney Todd (2007). Alice au pays des merveilles (2010)Dark shadows/Frankenweenie (2012). Premières bobines Les débuts en courts métrages. Sous toutes les coutures Tim Burton s'expose à la Cinémathèque française. L'oeuvre au noir Tim Burton et la veine gothique. N comme non-sens Edward Gorey, une influence décisive. "Enfant, la solitude était mon choix." Tim Burton raconte son enfance. Tim's team Portrait des collaborateurs du cinéaste. Dionysos au pays de Burton Entretien avec Mathias Malzieu, fan de Burton. Filmographie & sélection bibliographique.

Suggestions