Options pour malvoyant
Mon compte
Réessayer
Recherche
Titre
Tod Browning : le jeu des illusions / Alain Mazars, réal. ; Jessica Mazars, mus. ; Noël Simsolo, Jean-Claude Carrière, Jean-Claude Romer... [et al.], particip.
Description
1 DVD vidéo mono face toutes zones (1 h 00 min) : 16/9, n. et b., son.
Langue(s)
Version originale en français avec séquences en anglais sous-titrées en français
Note(s) générale(s)
Contient des extraits de films de Tod Browning
Note(s) spécifique(s)
Titre d'après la jaquette
 
Copyright : Movie Da : Lyon Capitale TV, 2016
Autre(s) interprète(s)
Gérard Lenne, Roger Dadoun, Franck Lafond... [et al.], particip.
Public
Tous publics
Sujet local
Classification Dewey
Où le trouver ?
Aucun résumé n'est disponible.
Résumé
Filmés en noir et blanc, sur fond noir ou devant des photogrammes, les différents intervenants semblent s'échapper des films de Tod Browning (1880-1962). Des critiques, tel Noël Simsolo, des écrivains, tel Jean-Claude Carrière, le psychanalyste Roger Dadoun et la comédienne-acrobate Geneviève de Kermabon commentent, film après film, la carrière du réalisateur. Leurs paroles ne forment qu'une seule voix pour narrer l'histoire d'une œuvre unique. Tod Browning débute dans le monde du cirque, devient transformiste, puis comique, avant de réaliser des mélodrames avec Priscilla Dean. L'actrice joue des personnages en marge, une voleuse dans Fleur sans tache (1919), une femme à la beauté terrifiante dans Les Révoltés (1920). Mais c'est avec Lon Chaney que le réalisateur renouvèle l'idée même de transformation : à chaque film, il réinvente le physique animal de l'acteur par le maquillage ou en le dotant d'un handicap. Dans L'Inconnu (1927), Lon Chaney fait croire pour son spectacle qu'il n'a plus de bras et finit par vraiment les couper pour plaire à une jeune femme effrayée par les mains des hommes. De même, la belle mais méchante Cléopâtre finit, dans le chef d'œuvre Freaks (1932), transformée en poule, alors que les nains et autres êtres difformes considérés comme des bêtes de foire monstrueuses sont regardés avec une profonde humanité. (source : Martin Drouot / Images de la culture)
Aucune critique n'est disponible.
Aucun lien n'est disponible.
Aucun extrait n'est disponible.

Suggestions