Options pour malvoyant
Mon compte
Réessayer
Recherche

Les carnets de croquis de Madeleine Vionnet (1876-1975)

Croquis

Bibliothèque historique de la Ville de Paris

Date : 05/11/2018

image

Croquis. Été 1927. Robes du jour. Robe foulard jupe plissée en forme, corsage boutonné, jaune et rouge

 

Madeleine Vionnet a profondément influencé la mode moderne, en supprimant définitivement l’usage du corset  et en inventant la coupe en biais et le drapé. Sa maison de couture, créée en 1912 au 222, rue de Rivoli, rencontre un grand succès au lendemain de la Première Guerre mondiale. En 1923, se trouvant à l’étroit, elle aménage un hôtel particulier, situé au 50 avenue Montaigne. Elle confie au décorateur Georges de Feure l’aménagement de ses salons dans le style Art déco.

 

La Bibliothèque historique conserve 111 carnets de collections de Madeleine Vionnet sur la période comprise entre l’hiver 1925 et l’été 1939, année de la fermeture de sa maison de couture. La totalité des carnets est désormais numérisée, donnant accès à près de 11 000 images qui viennent  compléter les 190 grands dessins à la feuille en couleurs, précédemment mis en ligne en 2014.

 

 

Plat supérieur du carnet de collection Hiver 1938-1939. Robes du soir. Robe de cinéma

 

Saison par saison, les carnets réunissent  les collections par type de vêtements : robes, manteaux mais aussi vêtements de sport, déshabillés… La présentation des modèles se répète d’un carnet à l’autre sur une double page. À droite ou à gauche le plus souvent, le numéro du modèle, suivi du nom de la couturière et de la légende. Celle-ci apporte souvent des éléments sur le type de tissu utilisé ainsi que le coloris. Enfin on trouve, régulièrement mentionné au-dessous du nom du modèle, le nombre d’exemplaires commandés mois par mois. Sur la page en regard sont collés les croquis.

 

Ces derniers sont soit ronéotypés, soit plus rarement dessinés au crayon. Il arrive également qu’un ou des échantillons de tissus soient collés dans le carnet à côté du dessin.

 

 

Croquis. Été 1927. Robes du jour. Robe foulard jupe plissée en forme, corsage boutonné, jaune et rouge

 

Nous savons que Madeleine Vionnet ne dessinait pas elle-même mais inventait ses modèles sur un mannequin de bois et faisait appel, comme dans le cas de ces carnets de croquis à des artistes. Plusieurs des dessins présentent des retombes, permettant d’avoir plusieurs vues d’un même modèle ou présentant un accessoire, comme un boléro accompagnant une robe. Dans les dessins à la feuille conservés par la Bibliothèque historique, une peintre avait été identifiée en la personne de Marie-Thérèse Lanoa (1887-1967).

 

 

Maurice Tabard, Madeleine Vionnet, vers 1930

 

Acquis par la Bibliothèque historique, en 1978, auprès de son amie la photographe américaine Thérèse Bonney, le fonds Madeleine Vionnet a été récemment  complété par  37 dessins datant de la première moitié des années 20.

Une très belle exposition Madeleine Vionnet, puriste de la mode,  a été organisée en 2009 au Musée des Arts décoratifs qui conserve une importante donation faite par Madeleine Vionnet en 1952 : 122 robes, 750 toiles patrons, 75 albums photographiques de copyrights, des livres de comptes et des ouvrages issus de sa bibliothèque personnelle. Les Archives  de Paris conservent également des centaines de photographies de dépôt de ses modèles qui viennent compléter les dessins conservés à la Bibliothèque historique.