Options pour malvoyant
Mon compte
Réessayer
Recherche

Les photographies en couleurs d’André Zucca

Photographie

Bibliothèque historique de la Ville de Paris

Date : 27/05/2019

image

 

Les photographies en couleurs d’André Zucca (1897-1973), conservées à la Bibliothèque historique, sont désormais accessibles dans les Collections numérisées. Ce sont 1 050 diapositives réalisées à Paris entre 1941 et la Libération en 1944.

 

L’ordonnance du 16 septembre 1940 interdisait les prises de vue en extérieur dans Paris. Les photographes devaient obtenir une accréditation de la Propaganda Staffel et soumettre leurs tirages à la censure. André Zucca  devient, en janvier 1942, le correspondant exclusif du magazine de propagande nazie Signal, ce qui lui donne accès en particulier à de la pellicule couleur Agfacolor, permettant de produire des diapositives qui, contrairement à ses images en noir et blanc, ne seront pas publiées pendant l’Occupation. Elles sont régulièrement utilisées aujourd’hui pour illustrer des livres ou films documentaires traitant de cette période.

 

 

André Zucca, La croix gammée flotte sur la rue de Rivoli, fin 1941-août 1944

 

Ces photographies documentent plusieurs aspects du Paris occupé. La présence allemande à Paris avec les drapeaux aux croix gammées accrochés dans les rues, la présence de l’armée germanique avec la relève quotidienne sur les Champs-Élysées ou bien encore les panneaux de signalisation en allemand.

 

 

André Zucca, Relève quotidienne de la garde allemande, 1941

 

La propagande et l’appel à la collaboration sont également présents sur les photographies d’André Zucca, notamment à travers les affiches placardées sur les murs de la capitale.

 

 

André Zucca, Affiches de l’occupation 1943-1944

 

La vie quotidienne des Parisiens, enfin, est l’un des sujets de prédilection de Zucca. Les Parisiens, qu’il saisit attablés aux terrasses des cafés, participant aux courses de chevaux, ou les détails qu’il aime photographier comme les chaussures des femmes donnent une image animée et presque gaie de la capitale qui a soulevé une vive polémique lors de l’exposition consacrée à ces photographies en 2008, en raison de la vision partisane de leur auteur et des lacunes de leur contextualisation. 

Cette vision artificielle masque le quotidien des privations et les rafles, où des milliers de Parisiens juifs furent déportés vers les camps à partir du printemps 1941.

 

 

André Zucca, Femme lisant sur les quais, bouquinistes

 

Le fonds André Zucca a été acquis par la Bibliothèque historique auprès de ses enfants en 1986. Il compte également près de 23 000 négatifs noir et blanc déjà numérisés et bientôt consultables en ligne, ainsi que des tirages et des planches-contacts.