Options pour malvoyant
Mon compte
Réessayer
Recherche

L’art décoratif en Belgique « avant 1914 et après 1918 »

Collection

Bibliothèque Forney

Date : 20/05/2020

image

Bulletin des métiers d'art : revue mensuelle d'architecture et d'arts décoratifs, août 1901 

 

Passons une frontière proche avec l’exploration de l’art décoratif belge à travers deux titres édités à Bruxelles, numérisés par la bibliothèque Forney : le Bulletin des métiers d’art, revue mensuelle d’architecture et d’art décoratif (1901-1913), et Clarté (1928-1939) dont nous proposons quatre années disponibles en ligne.

 

Le Bulletin des métiers d’art

 

Le Bulletin des métiers d’art, édité à Bruxelles, est placé sous la tutelle intellectuelle du baron Jean-Baptiste Bethune (1821-1894). Architecte, artisan et décorateur belge, catholique militant, il promeut la restauration d’un art « chrétien et populaire », ou art néo-gothique, remettant les artisanats d’art et les savoir-faire au premier rang. Il fonde la première école de la société de Saint-Luc à Gand en 1863, mère de nombreuses écoles belges supérieures d’art. Cet esprit philanthropique n’est pas sans rappeler Aimé-Samuel Forney, à l’origine de notre bibliothèque en 1882, et défenseur des métiers d’art.

 

 

Abbaye de Maredsous, architecte J.B. Béthune, août 1901

 

La revue est donc consacrée au patrimoine religieux et civil, à travers des articles monographiques sur des bâtiments ou des pièces d’ornement remarquables, essentiellement belges mais aussi d’autres pays d’Europe du Nord.

 

 

Ancienne architecture suisse, Bretèque près de la tour de l’Horloge à Berne (1676)

 

Son argument publicitaire est le suivant : proposer une « matière inédite, imprimée avec luxe, ornée de plusieurs centaines de gravures et de croquis originaux et documentaires. »

 

La qualité documentaire est en effet la force de cette publication, qui s’adresse à un public de professionnels : « architectes, peintres, sculpteurs et artistes de tous métiers, amateurs d’art ». Elle offre ainsi un curieux mélange de conservatisme dans les sujets abordés, on ne trouvera rien ici sur l’art nouveau, et de modernité, avec l’utilisation de nombreux documents dont la photographie en bonne place. C’est le genre de revue qu’il convient de collectionner pour disposer de séries complètes.

 

Clarté

 

Mais la vraie modernité arrive avec le titre Clarté (à ne pas confondre avec le titre homonyme de la revue communiste française), revue mensuelle également éditée à Bruxelles à partir de 1928. On peut se permettre ce saut dans le temps si l’on songe au long arrêt imposé par la guerre de 1914-1918, prolongé par des années d’épidémie et de crise économique.

 

Clarté, art et art décoratif, affiche résolument son modernisme dans les choix typographiques et la défense d’un art international.

 

 

Une maison moderne à Los Angeles, n°2, février 1936.

 

Clarté est une revue d’art et de patrimoine qui s’intéresse autant à la peinture, la sculpture, l’architecture, le cinéma, mais c’est bien le béton et plus particulièrement le verre qui y sont célébrés. Un article parle ainsi de l’utilisation de la glace polie dans le film Things to come, adaptation d’H.G. Wells sous la direction artistique de Vincent Korda, sorti en 1936.

 

 

Things to come, n°7, juillet 1936

 

Un autre article propose la visite du paquebot Normandy, où le verre est aussi largement utilisé.

 

 

Impressions d’une visite à Normandy, n°12, décembre 1936

 

Une curieuse transformation s’opère dans le goût bourgeois des années trente, qui conjugue la nécessité de renouveler entièrement le style de son habitation, tout en gardant le vocabulaire d’antan et le même esprit de collectionneur d’art, tourné vers les babioles hors de prix les plus hétéroclites. La rubrique récurrente « Suggestions pour le home » en est l’exemple parfait.

 

 

Suggestions pour le home. Le boudoir. n°3, mars 1937

 

On retrouve enfin une part d’humour belge dans cet article consacré aux changements de l’architecture moderniste.

 

 

Architecture et évolution. Avant 1914. Après 1918. N°7, juillet 1938

 

Si la culture et l’art moderne de nos voisins belges vous sont peu connus, il est temps d’y remédier avec la consultation approfondie de ces deux revues.

 

Anne-Laure Pierre